Bonjour à toutes et à tous,

 

Installé à Genève depuis 1968, je m’autorise à aborder ce sujet avec franchise et sans pratiquer la « langue de bois ».

 

Il est certain que la Suisse a des comptes à régler avec les Français, vraisemblablement parce que, à tort, ils ont longtemps été les petits suisses, dont le grand voisin, la France, se moquait gentiment.

 

Elle prend sa revanche et les frontaliers constituent la cible la plus facile. Mais cette animosité se manifeste aussi envers les Français résidant en Suisse.

 

J’ai encore en mémoire, mes débuts en banque suisse en 1968, quand mon vis-à-vis, comme moi attaché de direction, prenait une malin plaisir à converser en suisse-allemand avec sa secrétaire, pour que je ne comprenne pas ce qu’il disait. J’ai rapidement « rué dans les brancards » trouvant cette attitude insultante et déplacée.

 

Et encore, à cette époque il n’y avait pas encore en France, cette ineptie des 35 heures. C’est bien là, l’éternelle légende du Français paresseux, râleurs, tire-au-flanc, qui pensent avant tout à l’argent qu’ils gagnent en Suisse pour aller le dépenser de préférence en France. Soyons un peu sérieux, les Suisses ne se privent pas d’aller faire leurs courses en France voisine, tant les prix pratiqués en Suisse sont plus importants.

 

Loin de moi, l’idée de donner des leçons, la France ne fait pas mieux que la Suisse en matière de rapport à l’étranger. Je parle de ces français devenus des immigrés (ce qui est bien mon cas) lorsqu’ils s’expatrient dans ce pays voisin, au fonctionnement politique et social bien différent, ils deviennent des étrangers.

 

Or, sans forcément s’y attendre puisqu’ils parlent la même langue (en Suisse romande) ils imaginent se retrouver dans une petite France. C’est une expérience singulière et fragilisant, lorsqu’on se trouve dans cette situation.

 

La Suisse n’est pas facile à décrypter, même si maintenant j’en ai saisi les codes et subtilités.

 

Il faut faire une distinction entre les frontaliers du cru, assez proches des Suisses et des Français de l’hexagone plus éloigné (Paris, Marseille, les Français du Maroc de l’Algérie etc.) On peut leur reprocher de venir s’installer en Suisse, sans connaître la culture de cette région et d’être uniquement intéressés par l’appât d’un salaire beaucoup plus conséquent.

 

Il y a aussi de très grandes différences entre les deux pays dans le système politique, économique et syndical, la manière de vivre ensemble.

 

En France, par exemple, il y a, à l’excès, cette culture de l’affrontement social qui n’existe pas ici en Suisse.

 

Les grèves en France polluent l’atmosphère de ce beau pays, ce qui me fait dire que si j’aime profondément ce pays, je ne peux pas en dire autant des Français.

 

Le Français, ici, il hérisse les Suisses, il parle fort, souvent mieux, parfois arrogant et il nous a cassé les pieds pendant des décennies. Et maintenant, il est chez nous grâce à notre économie florissante, il vit mieux qu’en France, nos impôts paient l’école de ses enfants, ça nous énerve.

 

Et du coup, on se permet de faire de petites réflexions, qu’on ne se permettrait pas avec un allemand, un américain, un chinois.

 

Le Français, c’est celui qui nous ressemble le plus, qui nous fait un effet de miroir.

 

Avec toute ma sympathie.

 

Christian

 

Coulet.christian@business-seniors.com

 

Newsletter
Inscrivez vous avec FaceBook
ou entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous:

Bonjour à toutes et à tous,

 

Nous voici donc en pleine période de congé scolaire et donc une période peu propice à un développement de mes activités de blogueur.

 

Pour moi les vacances sont déjà engrangées dans le registre de mes souvenirs du mois de juin. Comme toujours, agréables et toujours aussi courtes à mon gré.

 

C’est l’époque à laquelle je me pose le plus de question, faut-il que je poursuive cette activité de business-seniors, d’apostrophe-seniors ?

 

Les « focus » que j’écris, ont-ils un quelconque intérêt pour ceux qui en prennent connaissance ? Les retours sont de moins en moins fréquents, ce qui m’inquiète donc ?

 

Les « apostrophes « sensées être pourvoyeuses de revenus sont stériles, il faut dire que j’en transmet certaines non productrices, telles les vidéos de Lionel.

 

Non pas que je cherche absolument à augmenter ma retraite, mais de temps en temps, obtenir un juste retour de mon travail serait apprécié.

 

Ce que je crois, c’est que les ennuis de santé qui ont bien rempli ce premier semestre 2016 ont largement entamé mon moral. C’est principalement le manque de mobilité de mon bras droit qui en est la cause principale. Déjà légèrement diminué par la prothèse d’une partie de ma jambe gauche depuis près de 30 ans, cette nouvelle inconstance est celle de trop. Mais je ne peux pas me plaindre, ce n’est vraiment pas grand-chose. Il faut que je l’admette.

 

Il m’est souvent arrivé d’écrire que j’allais tout faire comme si j’étais parti pour rester, faut-il que je continue encore ou dois-je attendre septembre, octobre pour décider sereinement.

 

Le jour est-il venu de vous quitter ?

 

En attendant et pour ne pas être catalogué parmi les voraces quémandeurs de nouveaux prospects, je ne vous donnerai pas les liens gratuits d’inscription à mes blogs.

 

Pour ceux et celles qui auraient cette envie, il n’est pas interdit de rêver, vous trouverez mon adresse email à la fin de ce message.

 

Très amicalement, comme toujours.

 

Christian

Coulet.christian@business-seniors.com

 

Newsletter
Inscrivez vous avec FaceBook
ou entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous:

Apostrophe Luc Bernouin

juillet 14th, 2016

Bonjour à toutes et à tous,

 

Depuis quelques temps, je vous parle de Lionel et sa façon d’enseigner le « bon » business sur le web pour atteindre vos premiers 1000 Euros ?

 

 

Il faut être sans cesse à l’écoute des lecteurs, à propos de ce qu’ils ont appris dans ses vidéos, et comment ils peuvent en tirer le maximum.

 

Et vous ?

 

Quels sont vos résultats depuis que vous y avez accédé ?

 

Si ce n’est pas le cas…

 

C’est peut-être qu’il vous manque le premier pas idéal, et cela n’a rien à voir avec votre volonté et votre motivation…

 

La vie est faite d’opportunités !

 

Mais nous sommes parfois tellement occupés que nous manquons parfois les meilleures.

 

Tout ce que vous avez à faire, c’est de consulter cette page :

 

http://sbc951.direct-editions.com/vos-premiers-1000-euros/lettre-confidentielle

 

… et de juger par vous-même.

 

Amicalement,

Christian

Coulet.christian@apostrophe-seniors.com

 

 

Newsletter
Inscrivez vous avec FaceBook
ou entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous:

Bonjour à toutes et à tous,

 

A la croisée de mes souvenirs, je me suis souvenu de cette histoire de bocal qu’un professeur du Lycée Lyautey à Casablanca, nous avait conté.

 

Son discours avait été si pertinent qu’il fallait que j’en fasse profiter les affiliés à mon blog Business-seniors.

 

Voici, autant que je me souvienne l’histoire condensée de ce bocal magique.

 

Ce professeur était arrivé en classe avec un bocal en verre vide de son contenu. Il se mit à le remplir de petits cailloux et l’opération terminée, nous demanda s’il était plein.

 

A notre réponse affirmative, il prit un sachet rempli de gravillons et le versa dans le bocal qu’il agita pour égaliser le tout et nous redemanda s’il était plein.

 

Nous lui avons renouvelé notre affirmation, alors il se saisit d’un troisième sachet rempli de sable qu’il versa dans le bocal. Evidemment le sable se fit une place sans difficultés dans tous les interstices encore disponibles.

 

Et c’est là que débuta le discours de ce professeur hors du commun, qui nous déclara avec emphase que nous devions comparer notre existence à ce petit exercice du bocal magique.

 

Il nous fallait comprendre que les cailloux représentaient les choses les plus importantes de notre vie, telles la famille, le couple, les enfants, la santé. Tout ce qui fait que même si on perd le reste, notre vie n’en demeurera pas moins remplie.

 

Les gravillons devaient être comparés aux choses de moindre importance, non essentielles, comme la voiture, les sorties, les voyages.

 

Enfin les grains de sable pouvaient être comparés aux choses sans aucune importance.

 

En guise de conclusion, si dans le bocal nous avions commencé à y verser le sable, il n’y aurait plus eu de place pour les gravillons et les cailloux.

 

En comparaison avec notre vie, si nous gaspillons notre énergie et notre disponibilité pour des choses futiles, sans importance, il ne nous restera jamais assez de temps, ni de place, pour ce qui est essentiel à notre bonheur.

 

Jouez avec nos enfants, nos petits-enfants, vivre notre vie de couple, être à l’écoute de notre santé. Nous aurons, après, toujours le temps de laver notre voiture, d’aller vois des amis, peut-être de nous affilier gratuitement à ce blog en cliquant ICI

 

Les cailloux sont les choses qui comptent vraiment, le reste n’est que sable qui s’écoule entre vos doigts.

 

Amicalement.

 

Christian

Coulet.christian@business-seniors.com

Newsletter
Inscrivez vous avec FaceBook
ou entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous:

Apostrophe Lionel Donneley

juillet 7th, 2016

Bonjour à toutes et à tous,

 

Imaginez seulement que vous puissiez progresser dans votre business grâce à des vidéos ?

 

Il faut bien avouer que celles de mon copain Lionel Donneley que je diffuse régulièrement sur ce blog apostrophe-seniors y jouent un rôle prépondérant.

 

Je ne cesse de recevoir des demandes de diffusion des vidéos « made in LIONEL »

 

Je les stocke consciencieusement dans mes petits trésors et en voici donc trois nouvelles inédites à ce jour :

 

Comment vivre sa vie en restant libre ?

 

Comment quitter son emploi ?

 

Quel statut choisir ?

 

Sachez en profiter pour le mieux.

 

Et si vous avez été attentif aux précédents articles relatifs aux vidéos LIONEL n’oubliez pas de cliquer sur mon formulaire d’inscription à la formation en AUXILIOTHERAPIE dispensé par Lionel Donneley.

 

Comment pourrai-je le mieux vous apprendre à bien gérer un blog, peut-être en vous inspirant du mien, en cliquant tout simplement sur ce lien.

 

C’est à vous de décider, à personne d’autre.

Toujours cordialement.

 

Christian

Coulet.christian@apostrophe-seniors.com

 

Newsletter
Inscrivez vous avec FaceBook
ou entrez simplement votre prénom et votre adresse email ci-dessous:

Boosté par WP-Avalanche